Litt: qui aime la lumière
Se dit d'une plante qui ne se développe
bien qu'en plein soleil.

Conium maculatum L.

Apiacées

Grande Ciguë, Ciguë tachetée.

Photographies

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Conium maculatum
Plante robuste ramifiée, inflorescences terminales en ombelles.
Conium maculatum
Tige maculée de taches rouges.
Inflorescence composée.
Conium maculatum
L'inflorescence est une ombelle d' ombellules
Conium maculatum
L' ombelle terminale possède de 10 à 20 rayons inégaux.
Les fruits, ovales, sont côtelés-ondulés.

Pour en savoir plus

Références: Conium maculatum L.
Synonymes: Voir T.B.
Code nomenclatural: bdtfx-nn-18660
Code   taxonomique: 144
Signes particuliers: Plante dressée d'environ 1 m. de haut (voire 2 m.) dégageant une odeur désagréable (urine de souris).
La tige est striée et creuse, tachée de rouge-violacé à la partie inférieure.
Les feuilles sont profondément découpées (4 à 5 fois) en segments eux-mêmes finement divisés. Les folioles, pointues, sont glabres. Le pétiole est élargi en une aile membraneuse engainant la tige.
Mode de vie: Plante bisannuelle.
Floraison de VI à IX.
Héliophile ou de demi-ombre.
Sols frais riches en azote.
Biotope: Lieux incultes et humides, décombres, broussailles, fossés..
Fréquence locale: Assez commune.
Usages: Plante d'une extrême toxicité : toutes ses parties contiennent plusieurs alcaloïdes inhibiteurs des terminaisons nerveuses. Après des troubles sévères (violentes céphalées, vertiges, vomissements, douleurs cardiaques, léthargie alternant avec des convulsions) la mort survient par arrêt respiratoire au bout de 3 à 6 heures après l'ingestion.
Nota : sa ressemblance avec d'autres ombellifères (comme le persil) peut entraîner une confusion mais l'odeur et les taches rouges sur la tige enlèvent tout doute.
L'homéopathie utilise cette plante pour des troubles de l'équilibre, certaines paralysies et des troubles de la prostate.
Histoire & histoires: Etymologie:
 - Conium : de « koneion », nom grec de la ciguë.
 - maculatum : du latin « macula », tache. En raison de la pigmentation de la partie basse de la tige.
Le cas le plus célèbre est la mort de Socrate (-399), condamné à boire de la ciguë; la relation détaillée de ses derniers moments laisse à penser qu'à la ciguë furent ajoutées d'autres drogues.
Dernière modification le : 2016-12-23
Retour page précédente