Litt: à moitié caché
Se dit d'une plante dont les bourgeons
passent la saison défavorable au ras du sol
ou au plus à 20cm du sol.

Lamium maculatum (L.) L.

Lamiacées

Lamier à feuilles panachées, Lamier maculé, Lamier tacheté, Ortie rouge, Ortie tachetée.

Photographies

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Lamium maculatum
Tiges feuillées et souvent redressées.
Feuilles présentes jusqu'au sommet de la tige.
Lamium maculatum
Lamium maculatum
Tiges velues.
Feuilles inégalement dentées ou incisées.
Fleurs en verticilles peu fournis.
Calice à dents velues aussi longues que le tube de la corolle; ce tube est courbé-ascendant.
Lamium maculatum
Lamium maculatum
Corolle à tube brusquement étranglé à la base (détacher la corolle en tirant dessus).
Lèvre supérieure de la corolle, entière et très finement velue sur ses bords.
Lèvre inférieure à deux petits lobes latéraux.
4 longues étamines dont les anthères sont logées sous la courbe du casque.

Pour en savoir plus

Références: Lamium maculatum (L.) L.
Synonymes: Lamium hirsutum Lam., Lamium rugosum Aiton, Lamium mellissaefolium Mill.
Code nomenclatural: bdtfx-nn-37522
Code   taxonomique: 3567
Signes particuliers: Plante à tige carrée, couchée à la base puis redressée, de 15 à 80 cm.
Feuilles souvent tachées de blanc, opposées-décussées.
Grandes fleurs pourpres, rarement roses.
Calice à 5 dents.
Mode de vie: Vivace (hémicryptophyte à stolons).
Floraison de IV à VIII.
Demi-ombre.
Sols frais à humides ; humus riche sur argile et limons.
Biotope: Haies, lisières humides, décombres.
Fréquence locale: Très commun.
Usages: Les jeunes pousses sont comestibles.
Plante médicinale: astringente, tonique, dépurative, narcotique et vulnéraire. Les sommités fleuries sont utilisées en cas d'insuffisance hépatique.
Histoire & histoires: Etymologie:
 - Lamium : vient du grec laimos, gosier, gorge (la racine grecque, lai, signifiant crier): allusion à la corolle en forme de gueule béante.
 - maculatum : du latin macula,tache.
La plante est visitée par les insectes à longue trompe (papillons, par ex.).
Les bourdons, n'ayant pas de telles structures buccales, perforent directement la corolle pour atteindre le nectar: les abeilles en profitent ensuite...
Les graines sont disséminées par les fourmis.
Dernière modification le : 2016-12-23
Retour page précédente